27/8/12 Vendredi 27 juillet (1/2) : 19ème étape d'Esbjerg à Rømø (80 km)



Cette ultime journée au Danemark a été la plus riche en rebondissements : contenant deux étapes, elle a été pimentée par un réveil corsé et une fin de journée sous les éclairs. Exceptionnellement, afin de dresser un compte-rendu complet de ce 27 juillet, deux articles vous sont proposés, celui-ci s'achevant au terme de la 19ème étape et laissant le reste de la journée au programme du suivant.


Le tracé prévu initialement qui a subi quelques modifications.
 
Sur 70 km prévus, la 19ème étape, tout plate, ralliait l'île de Rømø depuis Esbjerg en passant par Ribe. Il était programmé qu'elle se ferait le matin avec Valentin et CH. 
 
Mais, en raison de la fatigue de la nuit dernière, sa suppression a longtemps été évoquée. Elle a finalement bien eu lieu dans son intégralité. Le seul changement était le remplacement de Valentin par Dimitri car ce premier n'était pas suffisamment remis de la veille.
 
Dès le réveil : premier fait marquant de la journée. A 6 heures, après avoir fermé les yeux sur le littoral à peine deux heures plus tôt, nous avons été réveillés par la Politi locale accompagnée d'un berger allemand. En cause : le panneau "camping forbudt" (interdiction de camper) que nous n'avons pu voir dans la nuit lorsque nous avons planté la tente. Fort heureusement, nous sommes tombés sur des policiers complaisants : pas d'amende mais l'obligation de démonter la tente.


Réveillés par la politi locale à 6h.


Camping forbudt.
 
Après ces émotions, de 6 à 10 heures, alors que Dimitri et Valentin tentaient tant bien que mal que de prolonger leur sommeil dans l'Europcar, CH - qui était déjà bien réveillé - préférait rester debout (mise à jour des comptes, comparaison avec les prévisions budgétaires et découverte du paisible littoral d'Esbjerg).


Dans le véhicule Europcar, jusqu'à 10h, Dimitri et Valentin prolongeaient leur nuit suite aux péripéties du début de matinée.
 
Puis, jusqu'à 12h, dans un admirable paysage (plage calme, mer peu agitée, ciel bleu), nous avons pris notre petit-déjeuner et effectué les derniers préparatifs des deux étapes de la journée.


La plage d'Esbjerg.


L'eau claire de la Mer du Nord.

C'est finalement à 12h30 que Dimitri et CH allaient enfin pouvoir s'élancer dans le cadre de la 19ème étape. 


Dimitri et CH au départ de la 19ème étape.

Ribe était la principale ville traversée pendant le parcours. Cette localité de la région d'Esbjerg est connue pour être la plus ancienne ville du pays (fondée au VIIIème siècle). Comparable à Carquefou avec ses 18 000 habitants pour 50 km², elle entretient un jumelage avec la ville de Balleroy (dans le Calvados). Ainsi, en compagnie d'Holstebro (avec Granville), Viborg (avec Bayeux) et Hørsholm (avec la Roche sur Yon), c'est seulement la 4ème ville danoise jumelée avec une ville de la moitié Ouest de l'hexagone.


Le centre-ville de Ribe.


Un moulin à eau en plein cœur de la ville.


Le cours d'eau qui scinde la ville en deux.

Nous avons ensuite repris notre chemin pour Rømø. Souhaitant alors emprunter les itinéraires secondaires, nous nous sommes éloignés de l'axe principal (la Tøndervej). Cela nous a rallongés et nous nous sommes retrouvés en pleine campagne à errer entre les bourgades d'Østed Vedsted, Råhede et Gammel Hviding.
Bilan de ces près de 20 kilomètres en rase campagne danoise : pas une personne croisée ... mais un chameau.


Egarés en pleine campagne danoise, nous faisons une surprenante rencontre en tombant nez-à-nez avec ce chameau. 

Il était presque 15h et nous ne trouvions plus de routes secondaires allant au Sud. L'heure tournait et il nous fallait rentrer rapidement dans l'optique de la 20ème étape. Nous avons donc jugé plus prudent de rapidement reprendre la Ribevej (route principale qui est le prolongement de la Tøndervej). Celle-ci s'est résumée en une longue ligne droite jusqu'à Skærbæk.


CH sur une énième piste cyclable.

En termes d'aménagements cyclables, il faut souligner les avancées de cette région qui est de très loin l'une des mieux équipées du pays. La seule fois où nous avions été contraints de partager la même chaussée que les voitures était dans la campagne sur les itinéraires secondaires. Le reste du temps, soit nous bénéficions de pistes, soit d'un réseau parallèle à la route ou, à défaut, de larges bandes cyclables sécurisées comme c'était le cas les kilomètres précédents l'entrée sur l'île de Rømø.


Les bandes cyclables, larges et bien entretenues, garantissent confort et sécurité aux cyclistes les empruntant ; d'autant plus que les lignes pointillées les délimitant sont légèrement surélevées et génèrent ainsi des nuisances sonores aux automobilistes malveillants roulant dessus.

Après Skærbæk, nous avons tourné à notre droite pour prendre l'interminable Rømøvej - cette route reliant la péninsule du Jylland à l'île de Rømø sur près de 10 kilomètres en ligne droite.

Nous les avons entamés sur une allure très modérée avant d’être rattrapés par un cycliste en plein entraînement. S’étant joints à lui, nous prenions des relais à vive allure. Le compteur restait constamment au-delà des 45 km/h. Lancés ainsi, le panneau de Rømø ne s’est pas fait attendre bien longtemps. 


La première partie de la Rømøvej sur un tempo tranquille.


CH dans la roue du cycliste avec qui nous prenions des relais à l'approche de Rømø. 


A une allure bien plus soutenue, la seconde partie de la Rømøvej dans la roue de notre nouveau compagnon de route.

Cette première étape de la journée s'est achevée à 16h. Nous avons alors fait une pause déjeuner d'une heure avant d'entamer les ultimes tours de roue au Danemark.


L'entrée dans Rømø - ultime ville-étape de notre périple.

Charles-Henry

 


• Commentaires : Cliquez ici pour laisser un commentaire

 
Aucun commentaire n'a été laissé sur cet article. Soyez le premier à laisser un commentaire !
 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement