27/8/12 Vendredi 27 juillet (2/2) : 20ème étape autour de Rømø (111 km)


A partir de l'île de Rømø, la 20ème étape prévoyait de réaliser 121 kilomètres en passant par Tønder et Toftlund. Le tracé a finalement été totalement improvisé puisque, d'une part, nous souhaitions rouler en Allemagne et donc aller au-delà de la frontière, et d'autre part, les conditions météos nous ont contraints à rentrer plus tôt que prévu. Finalement, nous avons parcourus 111 km.
 
 
Le tracé prévu initialement qui a subi des modifications.

Après notre pause d'une heure à Rømø, il ne fallait pas traîner et rapidement repartir pour la 20ème étape, d'autant plus à la vue du ciel qui se faisait de plus en plus menaçant. A 17h15, à trois cette fois-ci en compagnie de Valentin, nous avons fermé le véhicule Europcar garé sur un des campings de l’île et pris un sac-à-dos avec un kaway en prévision d'éventuelles intempéries avant enfourcher nos vélos pour clôturer en beauté notre périple.


A défaut de croiser des personnes lors de cette étape, les moutons ne manquaient pas à l'appel.

Nous avons tout d’abord emprunté la route 419 menant à la frontière germano-danoise. Elle était terriblement ennuyeuse : de longues lignes droites désertes qui longeaient d'infinissables champs et élevages de moutons. Ce paysage monotone nous a accompagnés à partir de l'instant où on a quitté la Rømøvej jusqu'aux premières routes allemandes, soit pendant 40 kilomètres.
Il était 19h45 lorsque nous avons passé la frontière.


Une ancienne douane germano-danoise délaissée depuis l'espace Schengen. 


De l'autre côté de la frontière, les bordures vertes se sont substituées aux rouges sur les panneaux de direction.

Nous avons parcouru une vingtaine de kilomètres en Allemagne en reliant Klanxbüll, Neukirchen et Aventoft.


Valentin et CH sur les routes allemandes.

Toutes ces routes germaniques de l'extrême Nord du pays étaient très étroites. Les quelques pistes cyclables rencontrées n'avaient rien à voir avec celles mises en place de l'autre côté de la frontière.


Sur les routes allemandes.

Puis, nous sommes rentrés au Danemark vers 20h30 avant d'atteindre la principale ville du Sud-Ouest du pays : Tønder. A partir de cet instant, l'étape a changé de tournure.


Dimitri, Valentin et CH à l'entrée du Danemark.

A Tønder, le thunder (tonnerre en anglais) commençait à se faire entendre...

Le temps se faisait de plus en plus menaçant et on commençait à distinguer au loin les grondements de l'orage. Ne prenant aucun plaisir sur cette étape tout plate et ennuyeuse en pleine campagne, nous avons décidé de commencer à nous relayer. 

Le ciel s'assombrissait encore plus. Sans consigne particulière donnée, les prises de relais ont alors monté en intensité. Tous trois avions l'objectif en tête de rentrer sur Rømø secs et sans avoir à croiser la foudre sur notre chemin. Une véritable revanche à prendre contre les intempéries (cf. étape de Stege).

Nous voyions la foudre s'abattre sur l'île de Sylt (distante à seulement 3 km de Rømø). La pluie ne tombait toujours pas. Lancé à plus de 40 km/h, Dimitri était tout de même parvenu à enfiler son kaway alors que Valentin et CH ne lâchaient pas une seule seconde leur guidon. 


Le retour à vive allure pour échapper à l'orage (partie 1). 


Le retour à vive allure pour échapper à l'orage (partie 2).


Le retour à vive allure pour échapper à l'orage (partie 3).

Le final sur la Rømøvej était dantesque. Dès son entame, nous avons fait le choix d'emprunter la bande cyclable de gauche car tout un ensemble de pylônes électriques (susceptibles de jouer le rôle d'un paratonnerre) bordait celle de droite. Cela surprenait plus d'un automobiliste et se manifestait par des coups de klaxon et appels de phares à notre égard. Par ailleurs, il y avait très peu de luminosité et aucun de nous n'avait eu la lucidité de prendre ses lumières avant le départ de l'étape. Au niveau pratique du vélo en ville, c'était alors zéro pointé pour nous. Mais, les conditions faisaient que cela n'avait plus aucune importance. Il ne restait plus qu'à prendre des relais en appuyant le plus fort possible sur les pédales, s'abriter du vent lorsque les camarades nous relayaient au fur et à mesure et croiser les doigts pour rallier Rømø avant la foudre et les averses.

Finalement, après d'ultimes pointes en 50 km/h, nous sommes rentrés au camping en devançant les averses à quelques minutes près. Quant à l'orage, il n'est finalement pas passé par Rømø. La chance a tourné pour ce final d'anthologie. La revanche contre les intempéries a été brillamment remportée et c'est ainsi que nous avons achevé notre Danmark Rundt 2012.


CH quelques kilomètres avant Rømø.

A l'arrivée, le compteur affichait 111 km, soit 191 km dans la journée pour Dimitri et CH. A la base, 188 km étaient prévus pour ce dernier jour de vélo. Cela est plutôt positif au vu de notre début de matinée particulièrement mouvementé générant un départ tardif d'Esbjerg. Le total kilométrique du périple se porte ainsi à 1900 kilomètres, soit seulement 100 kilomètres de moins que les prévisions malgré que trois étapes n'aient pas eu lieu.

L'étape achevée, nous nous sommes réfugiés dans le véhicule Europcar pendant la grosse averse (mêlée à de la grêle) qui a suivi notre arrivée. Nous sommes ensuite partis nous doucher et dîner au camping. Puis, pour la toute dernière fois, il nous restait à trouver un emplacement pour planter notre tente avant de fermer les yeux sur les coups d'une heure du matin après cette ultime journée danoise particulièrement mouvementée.
 
Charles-Henry

 


• Commentaires : Cliquez ici pour laisser un commentaire

 
Aucun commentaire n'a été laissé sur cet article. Soyez le premier à laisser un commentaire !
 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement