Faire une recherche :  

26/8/12 Jeudi 26 juillet : 18ème étape de Ringkøbing à Esbjerg (105 km)


En ce jeudi 26 juillet, une étape en ligne d'environ 100 kilomètres reliant la ville de Ringkøbing, nichée au fond du fjord portant son nom, à la 5ème ville danoise en termes de population, Esbjerg était au programme.

Comme convenu, ce sont Dimitri et Valentin qui ont eu le privilège d'effectuer cette étape plate longeant le littoral de la mer du Nord. Le vent était à craindre mais finalement, soufflant de trois quart dos la plupart du temps, celui-ci s'est avéré être d'une précieuse aide.


Le tracé initialement prévu qui a subi des modifications.
 

Classiquement, nous nous sommes levés vers 8h30 pour en découdre avec une nouvelle étape cycliste, l'avant dernière au Danemark. Comme lors des journées précédentes, le soleil était au rendez-vous ce qui annonçait encore une belle journée.

 

 
Le bivouac à proximité de la Green Arena de Ringkøbing.

Le départ de l'étape fut donné à 10h30 depuis la Green Arena, où évolue l'équipe locale de football. Jusqu'à Søndervig, le vent soufflait de face ce qui ne facilita pas notre mise en jambes. Heureusement pour nous, après ces 10 kilomètres difficiles, le vent fut davantage un allié en longeant le littoral de la mer du Nord.


Dimitri en début d'étape.

Les paysages proposés durant cette étape était assez typiques de la côte occidentale du Jylland avec de très vastes étendues dunaires habillées le plus souvent d'herbes folles et parfois colonisées par de mignonnes chaumières. 


Depuis l'écluse d'Hvide Sande en regardant vers la mer du Nord.

A Hvide Sande, nous avons fait une petite halte pour profiter du fjord de Ringkøbing. La ville d'Hvide Sande, s'est développée autour de l'écluse construite en 1931 qui sépare la mer du Nord du vaste fjord de Ringkøbing.


Paysage typique le long du fjord.


Petite chaumière au milieu des herbes folles.

Profitant toujours du vent favorable, nous avons rapidement atteint Nørre Nebel, petite localité située à mi-chemin de l'étape. Au passage, lors du sprint organisé à la pancarte de cette bourgade, Dimitri a pris sa revanche sur Valentin. 


Le football-golf, un sport très répandu dans cette région du Jylland.


En direction d'Esbjerg, la ville arrivée de l'étape du jour.

Avant de rejoindre Esbjerg, nous avons durant plusieurs kilomètres longé le rivage de la mer du Nord et profiter des vastes étendues sauvages de ce dernier. A noter qu'au cours de cette étape, nous avons croisé un nombre incalculable de voitures allemandes, preuve que la côte occidentale du Jylland est très prisée par les touristes germaniques.


Le littoral de la mer du Nord avant Esbjerg.

La 5ème ville du Danemark en termes de population fut atteinte après 104 kilomètres soit 3h45 d'effort. Comme je l'ai déjà dit auparavant, la vitesse moyenne rapide (27,7 km/h) s'explique surtout par le vent favorable qui nous a accompagnés durant cette étape.


La place Torvet dans le sympathique centre-ville d'Esbjerg.

A Esbjerg, nous avons retrouvé CH qui était arrivé un peu plus tôt dans l'après-midi. Par la suite nous avons déjeuné sur la vivante place Torvet au cœur d'Esbjerg.


A l'instar des autres villes danoises, les vélos sont très présents à Esbjerg.

Ensuite, Dimitri et Valentin ont effectué quelques achats de Cds dans le centre-ville. Nous nous sommes également livrés à une sorte de cache-cache avec deux jeunes danoises qui n'ont pas arrêtés de nous suivre pendant plus d'1 heure. Un moment qui fut plus que drôle dans les rues et magasins d'Esbjerg.

 


On aperçoit les deux danoises qui nous suivaient à la trace.

Après un crochet dans l'un des campings d'Esbjerg, nous sommes revenus dans le centre-ville pour y dîner. Au Christian IX, nous avons sans doute mangé l'un de nos meilleurs repas de notre périple.


Excellent diner au Christian IV restaurant.


Début de soirée au Christian IX.

Ensuite, alors que l'on pensait sagement regagner notre véhicule avant de chercher un emplacement pour dormir, nous avons pénétré à l'intérieur de ce restaurant qui s'est rapidement transformé en bar dansant la nuit tombée. Finalement nous y avons passé la soirée et une bonne partie de la nuit dans une ambiance festive et chaleureuse avant de nous coucher sur les coups de 4h00 du matin.


Valentin, une pinte à la main.


Dimitri revenant très certainement d'une excursion dans les toilettes du Christian IX. 


Valentin sur le dancefloor en charmante compagnie.

Valentin

 


 


 

 
25/8/12 Mercredi 25 juillet : 17ème étape autour de Silkeborg (113 km)

 

Silkeborg, d'où nous avons fait notre étape en rouge ; Ringkøbing que nous avons rejoint dans la soirée en vert.

En ce 25 juillet, la 17ème étape de notre tour à vélo était programmée en boucle autour de Silkeborg. Avec l'étape d'Århus dont le tracé avait été concocté par Joachim, il s'agissait de l'étape la plus vallonnée. Elle empruntait les routes des trois points les plus hauts du pays : le Møllehøj, l'Yding Skovhøj et l'Ejer Bavnehøj – tous trois culminants à plus de 170 m.


Le tracé initialement prévu qui a subi des modifications.

Levés traditionnellement vers 8-9 h, cette fois-ci dans un petit parc à proximité du "Gudenåens camping Silkeborg", nous souhaitions partir assez tôt car la journée s'annonçait de loin comme la plus chaude du mois.


Les ultimes préparatifs depuis le parking du camping de Silkeborg.

L’étape a débuté sur les coups de 11h. Les premiers kilomètres étaient une traversée de la 13ème ville du pays car, pour gagner la route de Sejs, il nous fallait passer de l'autre côté du Remstrup Å - le cours d'eau qui scinde Silkeborg d'Est en l’Ouest. Pour cela, revenir vers le centre-ville était indispensable.


Pont ferroviaire qui traverse le cours d'eau du Remstrup Å.


Le Remstrup Å au pied des habitations de la ville.

L'étape était ensuite véritablement lancée. Traversant une forêt, la Sejsvej était de ce fait très ombragée et nous permettait d'éviter l'exposition au soleil. Sur cette route, nous avons rencontré la première côte du parcours. Globalement bien escaladée par chacun d'entre nous, il s’agissait d’un long faux-plat qui s'achevait par une portion à 7%.


Dimitri et CH sur la Sejsvej qui traverse la Vesterskov - l'importante forêt du Sud Est de Silkeborg.


La très ombragée Sejsvej.

Nous avons ensuite traversé les petits villages de Sejs et Svejbæk avant de longer le lac du Julsø. Tous trois exposés en plein soleil sous les plus de 30°C, nos gourdes d’eau - devenues chaudes depuis - se vidaient à grande vitesse, si bien que parvenir à atteindre Horsens sans s’arrêter les remplir avant devenait un véritable défi. 


Le Julsø longeait notre route après Svejbæk.

Nous continuions notre parcours sur ces étroites routes vallonnées et assez peu fréquentées. Non loin de Skanderborg, nous sommes entrés dans Ry avant de naviguer d'un lac à l'autre. Knudsø, Birksø, Gudensø, Vessø et enfin Mossø nous accompagnaient sur notre chemin menant aux points culminants du pays.

Alors que nos compteurs affichaient la barre des 50 km passée, nous nous hissions sur le deuxième point le plus haut du pays : l'Yding Skovhøj (à 170.77 mètres). Sa montée, facile sur les premiers hectomètres, s'achève sur un passage oscillant les 10%.

Deux kilomètres plus loin, nous étions à l'Ejer Bavnehøj (3ème point avec 170.35 mètres) voisin du Møllehøj (le plus haut avec 170.86 mètres).

Nous avons alors convenu d'une pause à l'Ejer. Cela nous a permis de remplir les gourdes et contempler le panorama du haut de sa tour de 13 mètres sur laquelle surplombe le drapeau danois. Cet édifice avait été érigé au terme de la Première Guerre Mondiale en 1924 afin de commémorer la réunion du Sud du Jylland avec le reste du Danemark.


Le panorama depuis le sommet de la tour de l'Ejer Bavnehøj.


Le panorama depuis le sommet de l'Ejer Bavnehøj.


Dimitri au pied de la tour de l'Ejer Bavnehøj avant de reprendre la route.

40 minutes plus tard, nous reprenions la route direction Horsens pour les 25 kilomètres nous en séparant.
 
Comme en attestent les inscriptions sur la chaussée ("Lars Bak" et "Euskadi"), ces routes menant aux points culminants du pays sont régulièrement empruntées lors du Post Danmark Rundt - l'épreuve cycliste majeure du pays.

En l'espace d'un peu moins d'une heure, nous avons rallié la 9ème ville du pays depuis les "montagnes" danoises. Il était alors 14h45 et il faisait 34°C (selon les données indiquées sur le compteur de cyclistes quotidien dans la ville). 
 
Le centre-ville d'Horsens.

Silkeborg étant à une cinquantaine de kilomètres d'Århus, nous avions convenu d'un rendez-vous avec Joachim pour prendre un café. Il était à 18h à l'église. Il fallait donc vite repartir d'Horsens afin de bénéficier de suffisamment de marge devant nous pour nous doucher au camping préalablement.

Les villes intermédiaires du retour, par lesquelles passait la route 52 reliant Horsens à Silkeborg, se nommaient Bradstrup, Salten et Virklund. 
 

Dimitri sur la route du retour.

Alors qu'il restait tout juste vingt kilomètres pour atteindre le Sud de Silkeborg, cette dernière partie d'étape a été marquée par une accélération de CH qui avait des fourmis dans les jambes. Relayant un cycliste en plein entraînement, le final s'est, pour sa part, effectué à très vive allure. Arrivé dès 16h10 à Silkeborg, il ne lui restait qu'à attendre ses camarades au panneau d'entrée de ville.

Concernant les aménagements cyclables ceux-ci étaient inexistants sur la plupart du tracé (hormis sur les kilomètres précédents l'entrée dans Silkeborg au retour). Cela peut toutefois se comprendre car les routes étaient souvent assez étroites et peu fréquentées : de vraies routes montagneuses.


CH au panneau d'entrée de ville de Silkeborg.

Quant aux habitants de Silkeborg, comme l'ont constaté Dimitri et Valentin, ils se massaient sur la "plage locale" : le lac de l'Almind Sø.
 
Silkeborg étant au centre du pays, ce sont dans ses lacs (qui ne manquent pas) que les gens se baignent lors des journées ensoleillées comme c'était le cas ce 25 juillet. Photo prise vers 16h30 sur la plage de l'Almind Sø.

Après avoir rangé les vélos, nous être douchés et changés, il était déjà 18h et il nous fallait rejoindre le centre-ville.
Joachim et Kasper (un de ses camarades d'entraînement) nous y attendaient. Les deux étaient bien évidemment venus d’Århus à vélo.

Nous nous sommes arrêtés à un café situé sur la Torvet - rue principale du centre.
 
La Torvet - rue du centre de Silkeborg qui donne sur l'église.


Les vélos de Joachim et de son camarade cycliste.


Joachim parti nous acheter des fraises.
 
Joachim et Kasper reprenant la route pour Århus.

Après que Joachim et Kasper aient repris leur route, nous avons continué notre visite du cœur de Silkeborg. Puis, à l'instar des Danois, acheter une glace à 32 couronnes s'imposait.
 
Jets d'eau émanant d'un des nombreux lacs de la ville (le Silkeborg Langsø) à l'occasion de notre départ de la ville.
 
Nous sommes ensuite remontés dans le véhicule. Quittant la ville aux sept lacs, nous avons mis le cap à l'Ouest sur Ringkøbing, ville départ de l'étape en ligne du lendemain.
 
Aux abords de Ringkøbing, toujours beaucoup d'éoliennes à portée de vue. 

Arrivés à Ringkøbing vers 21h, nous avons ensuite découvert son littoral au coucher du soleil.


Le littoral de Ringkøbing au coucher du soleil.

Malheureusement, les restaurants étant déjà tous fermés en raison de l'heure (21h30), nous avons dînés au port de Ringkøbing dans un espace couvert. Nous nous sommes donc contentés des quelques provisions qu’il nous restait.


Le paisible port de Ringkøbing à l'heure de notre dîner.
 
Au terme d’une heure à explorer les moindres recoins de Ringkøbing à la recherche de l'endroit idéal pour planter notre tente, nous avons finalement opté pour le complexe sportif de la ville. Après notamment un terrain de pétanque, les abords d'une ligne de chemin de fer, d'un collège, le bord d'un fjord et le parc de la veille, cela a élargi notre panoplie.

Comme de coutume, il était une nouvelle fois plus de minuit lorsque nous nous sommes couchés.


Charles-Henry

 


 

 
24/8/12 Mardi 24 juillet : 16ème étape autour de Viborg (115 km)


Viborg, d'où nous avons fait notre étape en rouge ; Silkeborg que nous avons rejoint dans la soirée en vert.
 
En ce mardi 24 juillet, nous avions prévu une étape en boucle d'environ 110 kilomètres autour de Viborg et en passant par Ikast et Herning, deux villes situées un peu plus au sud de notre point de départ. Cette étape marqua le retour des sorties à trois puisque depuis l'étape d'Aarhus effectuée avec Joachim, nous avions uniquement roulé à deux sur des étapes en ligne.
 
Le tracé initialement prévu qui a subi des modifications.

Malgré notre couché très tardif vers 2h00 du matin, nous nous sommes levés vers 8h30. Sans trainer, nous avons plié le bivouac avant de déjeuner sur le bord d'une route à proximité du lieu où nous avions passé la nuit. Puis nous avons de nouveau rallié le camping de Viborg afin de faire le plein d'eau pour l'étape.
 
Comme c'était le cas depuis plusieurs journées, le soleil, radieux, étincelait dans le beau et bleu ciel danois. Quant à la température, elle oscillait entre 23°C et 27°C.
 
Notre campement situé sur les hauteurs de Viborg. Sur la photo on distingue aisément la grande cathédrale de cette paisible ville du Jylland.
 
Sur les coups de 10h30, le départ fut donné depuis le camping de Viborg, où nous avions laissé notre véhicule. Nous prîmes la direction d'Ikast pour rejoindre ensuite Herning. Il faut le reconnaître, durant cette étape très plate, les paysages étaient, assez monotone marqués par de nombreux champs cultivés et de vastes forêts parfois parsemées de lacs.
 
L'un des nombreux lacs de la région de Viborg.
 
Jusqu'à Herning, le vent soufflait de face ce qui ne favorisait pas notre progression. De plus, un peu fatigué par leur étape marathon de la veille, Dimitri et CH peinait à retrouver leurs jambes. De fait la vitesse moyenne n'était pas supérieure à 23 km/h à l'issue des 50 premiers kilomètres.
 
Du fait de la chaleur, nous avons été contraints de remplir nos bidons au Fotex d'Ikast, près d'Herning.
 
La portion retour entre Herning et Viborg fut nettement plus tranquille puisque nous avions désormais le vent de dos. Sans trop forcer la vitesse oscillait entre 28 et 32 km/h. CH et Valentin se relayait à tour de rôle tandis que Dimitri, ressentant des séquelles de sa chute sur l'étape de Skagen, restait dans les roues.
 
CH et Dimitri sur une route cyclable entre Herning et Viborg.

 
CH et Dimitri sur la fin d'étape sur une route très rectiligne bordée de forêts.
 
A 15h30, l'étape fut bouclée avec 115 kilomètres au compteur. Après une petite virée dans les rues du centre-ville de Viborg, nous avons atteint la place de la cathédrale de Viborg où nous avions rendez-vous à 16h00 avec Jesper Overgaard, journaliste pour un quotidien local.
 

Dimitri dans le centre-ville de Viborg.


 
La Domkirke de Viborg, là où nous avions donné rendez-vous à Jesper Overgaard, journaliste pour le Viborg Stifts Folkeblad.
 
La rencontre de Jesper et du jeune et brillant photographe Ali Shahrokhtash l'accompagnant fut vraiment très plaisante et intéressante. Jesper avait admirablement bien étudié notre projet, cela faisait chaud au cœur de voir un danois autant «  à fond dedans ». Preuve de son intérêt pour notre périple, il nous avait réservé la Une pour le lendemain et a écrit un papier de qualité à notre égard. Nous le remercions chaleureusement pour son professionnalisme et sa gentillesse.
 

L'article qui nous a été consacré dans le Viborg Stifts Folkeblad.
 
Par la suite, nous sommes retournés au camping pour nous doucher et manger avant de prendre la route en direction de Silkeborg vers 21h00. Entre temps, nous avions également fait un crochet par Lidl pour quelques courses.


Le Nørresø, l'un des deux grands lacs de Viborg.

 

Seulement séparé par une route, voici son jumeau : le Søndersø.

 

Le camping de Viborg où nous nous sommes douchés après l'étape.
 
Le trajet entre Viborg et Silkeborg fut rapide : à peine 30 minutes entre ces deux localités du Jylland central distante d'un peu moins de 40 kilomètres.
A notre arrivée dans cette ville très sportive (club de handball et de football évoluant en première division), nous avons eu le plaisir de découvrir, après les stades de København, d'Aalborg ou encore d'Aarhus, l'antre du Silkeborg IF, le Mascot Park.
 

Le Mascot Park, stade où évolue l'équipe locale : Silkeborg IF.
 
Après cette petite balade semi-nocturne autour du Mascot Park, nous avons fait une incursion dans le camping de Silkeborg, où nous avons passé la fin de soirée avant d'aller dormir à quelques encablures de celui-ci dans un parc. 
 

Dans la salle TV du camping : le résumé du match entre Aalborg et Brondby IF auquel nous avions assisté dimanche.
 

Valentin dans la salle TV du camping de Silkeborg.
 
Valentin

 


 

 
Pages :<<123456789>>
 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement