Faire une recherche :  

17/8/12 Mardi 17 juillet : 10ème étape autour d'Århus (122 km)



Pour cette quatorzième journée en terres viking, nous entamions déjà la deuxième moitié de notre périple. Le tracé prévu de cette 10ème étape (cf. ci-dessous) a été totalement chamboulé car finalement préparé par Joachim Parbo qui en a profité pour nous montrer les grands aménagements cyclables de sa région. Cela s'est résumé en un aller-retour Århus-Silkeborg en passant par l'Himmelbjerget à l'aller.


​Le tracé initialement prévu qui a subi des modifications.

Au menu de notre matinée, après une courte visite du centre-ville, nous avions convenu d’un rendez-vous à 12 heures avec Brice Bedos (coursier Français). Il nous a présenté le personnel de Velopak (son entreprise), puis le champion Danois Joachim Parbo. Après un café pris ensemble au Knud's Kiosk (qui partage le même local), nous avons ensuite consacré un entretien au quotidien Århus Stiftstidende.


Le port d'Århus à proximité duquel était garé notre véhicule Europcar (pour bénéficier du stationnement gratuit). 


Le centre-ville d'Århus. 

Avant d'enfourcher le vélo, c'est près d'1h30 que nous sommes restés à discuter et parler de notre projet.
Brice a réparé la poignée de frein de CH tordue lors de la chute de la veille. Nous en avons aussi profité pour nous initier au bullit (pour Valentin et CH) et à un vélo assemblé sur deux cadres (pour Dimitri).
 
A Velopak, pendant que Dimitri expérimentait un vélo un peu particulier avec deux cadres assemblés, Valentin et CH essayaient le bullit white de Brice.

Puis, nous avons pas mal échangé avec Joachim qui était séduit par notre projet, ayant déjà travaillé dessus avec la mairie d'Århus il y a quelques années.
 
Photo réalisée par Pieter Pelgrims pour Cxmagazine.

Au palmarès de Joachim Parbo :
- 4 titre de champion du Danemark de cyclo-cross (2006, 2007, 2009, 2010),
- plus de 30 top ten réalisés sur des cyclos USA UCI, 
- actuellement 138ème (sur 521 classés) du classement UCI cyclo-cross de la saison 2012

Comme il nous le disait nombre de fois, si le Danemark excelle en termes d'aménagements cyclables par rapport aux autres pays, il y a encore beaucoup de progrès à faire, et notamment dans les mœurs.

Parmi les principaux points noirs qu'il nous a évoqués, il y a tout d'abord le problème du manque de connaissances des usagers sur la pratique en elle-même du vélo. Par exemple, beaucoup ignorent comment réparer une crevaison ; les gens se tiennent aussi souvent très mal sur leur vélo (selle trop basse, buste trop haut) et en croiser avec un développement inadéquat n'est pas rare (souvent un braquet beaucoup trop important). Il a aussi souligné le manque d'amour pour leur bicyclette. Au moindre souci technique, la plupart s'en sépare... au mieux auprès de personnes chargées de les récupérer, mais bien malheureusement parfois directement dans la rue ou la nature.

La principale raison qui a entraîné l'avènement du vélo au Danemark est le prix des voitures. Il faut savoir qu'en termes de prix de vente, comparé à la France, il y a quasiment un rapport de deux. A cela, il faut ajouter le prix du carburant (prix moyen du diesel en journée : 12 couronnes/L, soit 1.61€). Par la volonté des politiques, le développement cyclables des grandes villes est apparu comme un thème majeur et on comprend tout de suite mieux pourquoi là-bas tant de personnes n'hésitent pas et se rendent à vélo, par tous les temps, au travail ou à ses études. 

Nous avons poursuivi cet échange très intéressant à vélo, Joachim nous ayant sympathiquement proposé une visite d'Århus et de ses principales infrastructures. Brice, à bord de son bullit, et Mads, sur son fixie, étaient aussi de la partie.


Brice, Mads et Joachim.

Dans l'ordre, nous avons ainsi pu découvrir la rue Mejlgade qui, depuis peu de temps, est ouverte exclusivement à la circulation cycliste. Le paradoxe de cette rue : juste après les panneaux interdisant la circulation aux véhicules, plusieurs camionnettes y stationnaient (cf. photo ci-dessous). 


La fameuse rue réservée à la circulation cyclable. Afin de marquer le coup, la ville d'Århus y a fait mettre au sol deux vélos différents : un vélo féminin (à gauche) et un masculin (à droite).
 
 

Dimitri, Joachim, CH, Brice, Valentin, Mads pris en photo par le Århus Stiftstidende dans la rue réservée aux vélos.

Joachim nous a ensuite présenté Olivier - restaurateur Français. Après nous avoir donné deux bouteilles de jus de raison, il nous a proposé de nous inviter tous ensemble le lendemain midi.


Joachim, Valentin, CH au premier-plan devant le restaurant d'Olivier.

Nous avons ensuite pris le chemin du stade de foot de la ville - la NRGi Arena. Il s'agit du terrain sur lequel évolue l'équipe de foot locale de l'AGF  (Aarhus Gymnastik Forening) en Superliga. Bordé d'une piste d'athlétisme, il a une capacité de 20 000 places.  

Joachim et Mads en notre compagnie sur la NRGi Arena.


Tous les cinq sur la piste d'athlé bordant le terrain de foot.

Puis, en passe-partout, Joachim nous a ouvert les portes du vélodrome - son véritable terrain d'entraînement. Situé juste à côté du stade, c'est le plus ancien vélodrome du Danemark. Plusieurs belles épreuves s'y sont disputées par le passé.


Joachim qui, sous les yeux de Dimitri, nous ouvre les portes du Århus Cykelbane - un des trois vélodromes du pays qui est aussi son terrain d'entraînement.


Joachim en plein effort sur le vélodrome qui fait une longueur de 333 m.

Après quelques tours d'initiation sous la houlette de Joachim, nous avons profité de l'averse temporaire pour nous réfugier dans les vestiaires et y découvrir un véritable musée.


Dans les vestiaires du vélodrome.


Un véritable musée au sein du vélodrome avec d'anciens casques, dossards de course et même quelques vieux modèles de motos lièvres.

Vers 15 heures, après une balade d'une dizaine de kilomètres à travers la ville sur à peu près 1h30, Brice et Mads ont rejoint Velopak pendant qu'en compagnie de Joachim, nous partions pour l'étape du jour.


Dimitri, Joachim et CH.

Le tracé que nous a concocté Joachim comportait beaucoup de pistes cyclables totalement en retrait de la circulation routière. Pendant la première moitié d’étape, nous avions vent défavorable. Abrité derrière Joachim, l’allure était malgré cela assez soutenue (vers les 30 km/h de moyenne).

Moment insolite : alors que plus de 50 km avaient été parcourus et voyant qu'une petite pause nous ferait du bien, Joachim a eu la bonne idée de couper son effort après avoir aperçu un cerisier.


Tous les quatre arrêtés pour faire une pause ravitaillement totalement improvisée.


La raison : un cerisier repéré par Joachim.

Ce parcours très vallonné nous a permis de découvrir les magnifiques paysages du coin. Sur la route de Silkeborg, nous sommes ainsi passés par l’Himmelbjerget qui est un des points les plus hauts du pays. Ce lieu très touristique est perché à près de 150 m et donne sur le lac de Julsø. 


La vue sur le Julsø depuis l'Himmelbjerget.


Dimitri, Joachim, CH et Valentin au sommet du Himmelbjerget.

Ensuite, nous sommes entrés dans Silkeborg avant de prendre la route contournant par le Nord les lacs aperçus à l’Himmelbjerget.

Une anecdote : Joachim a été victime d’une crevaison peu de temps après avoir quitté Silkeborg. Il ne lui a fallu pas plus de trois minutes pour repartir.

Puis, tous les trois agrippés à la roue de Joachim, le retour s’est effectué à très vive allure grâce au vent de dos. On a pu ainsi dénombrer de nombreux passages au-delà des  50 km/h avec même une pointe à 65 km/h. Silkeborg étant distante de seulement une quarantaine de kilomètres d’Aarhus, en un peu d’une heure, nous y étions rentrés. 


Joachim réparant sa crevaison en 3 minutes chrono.
 
Au final, avec ses 122 km, il aura s'agit incontestablement de l'étape la plus exigeante du périple car la seule si escarpée et bouclée en plus de 30 km/h de moyenne.

Une fois achevée, nous sommes rentrés à Velopak discuter à nouveau tous ensemble avec Brice et nous ravitailler avec les gâteaux et boissons que nous a chaleureusement achetés Joachim.

 
Pour le lendemain et l'étape en ligne reliant Århus à Grenå, Joachim a proposé à Valentin et Dimitri de les accompagner jusqu'à Ebeltoft (étant le jour de repos de CH). Vers 21h, nous avons quitté nos camarades pour retrouver le véhicule Europcar et nous changer après cette très riche journée.

Après un passage par le Burger King d'Århus, nous sommes rentrés au City Sleep In alors qu'il était quasiment minuit. 
 
Charles-Henry

 


 

 
16/8/12 Lundi 16 juillet : étapes 8 et 9 d'Helsingør à Roskilde (105 km)



L'étape reliait Helsingør (en violet) à Roskilde (en vert) ; le soir, nous avons rejoint Aarhus (en rouge).

Afin de profiter une journée de plus de la capitale, nous avons décidé de remanier les 8 et 9èmes étapes. Ainsi, après la trêve copenhaguoise, une seule étape en ligne était programmée au Sjælland. En partance d'Helsingør, elle reliait Roskilde - ancienne capitale du Danemark du X au XVème siècle. Dimitri et Charles-Henry étaient les deux à rouler ; quant à Valentin, il profitait de son premier jour de repos individuel. 


Notre tente au bord d'une ligne de chemin de fer.

Après un réveil un peu tardif par rapport à nos prévisions, nous nous sommes dirigés vers le château de Kronborg vers 11h30. Malheureusement, sur place, la météo de cette fin de matinée était assez capricieuse avec des pluies éparses qui nous ont contraints à repousser légèrement notre départ ; d’autant plus qu’il fallait remplacer le compteur défaillant de CH. 


CH en train de se préparer.


Dimitri et CH en train d'installer le compteur que nous a fourni Becycl.


Le château de Kronborg à Helsingør qui fait face à la Suède.


Dimitri et CH en partance pour l'étape du jour ; tous deux munis d'un kaway en raison du temps très menaçant.


Le littoral qui donne sur la Suède et la région d'Helsingborg.

Après un départ donné à 12h30, nous avons pris la direction d'Hombæk, puis de Gilleleje. Les premiers kilomètres étaient assez roulants en bord de mer.

Puis, nous avons tourné vers le Sud dans la direction d'Hillerød. Il y avait alors un vent de côté assez turbulent. Cela, mêlé à une perte de lucidité sans doute due à la monotonie du parcours, a entraîné une chute heureusement sans gravité de CH ayant heurté la roue arrière de Dimitri. Conséquence de cet épisode malheureux : la poignée droite de freins tordue vers l'intérieur et surtout une confiance sur le vélo bien entamée.

Puis, à Hillerød, nous nous sommes arrêtés pour demander la route à la Post locale, Frederikssund y étant très mal indiqué. Nous avons ensuite poursuivi notre chemin sur ces routes peu agréables pour la pratique cycliste – vraiment le point noir de cette étape.

La pause à Frederikssund a été la bienvenue. 


Dimitri et CH à Frederikssund.
 
Nous sommes ensuite repartis pour gagner Rolskilde après avoir déposé nos kaways. Cette deuxième partie de tracé n'a pas été non plus sans péripéties. Cette fois-ci, après avoir voulu bien faire en évitant le grand axe de circulation allant à Roskilde (la route 6), nous avons été perdus en pleine campagne d'Østrup. 
 
Après donc près 45' passées à faire des allers-retours dans cette petite ville, nous avons repris la bonne direction après avoir exercé à nouveau notre anglais après des quelques locaux croisés.
 

CH sur une des pistes cyclables de la petite localité d'Østrup.

Par ailleurs, au sein d'Østrup, nous avons pu voir les mauvais points de leurs pistes cyclables. Totalement en retrait des routes, elles sont vides de panneaux directionnels. A cause de cela, déjà mal au point au niveau de l'orientation, il nous était bien plus sûr d'emprunter l'axe routier qui était peu fréquenté.

Finalement, avec tous nos petits détours effectués, c'est avec 105 km au compteur qu'on est rentré sur Roskilde et son Viking Ship Museum - notre lieu de rendez-vous avec Valentin.
Cette étape de reprise aura donc eu son lot de surprises : chute, perte d'orientation, le tout sous un temps particulièrement menaçant.

Et, cela ne s'est pas arrêté là car, au terme de l'étape du jour, nous sommes allés sur la péninsule de Sjaellands Odde au Nord-Ouest du Sjaelland afin de rallier Aarhus en ferry. Nous y étions à 19h40. Le dernier ferry était parti dix minutes plus tôt ; et c'est prêt de deux heures qu'il nous restait à attendre avant le prochain départ pour la 2ème ville du pays située sur le Jylland.
 

Pour rallier Århus : le ferry de Sjaellands Odde.


Il est 19h45. Le prochain départ pour Århus est programmé à 21h30. Plus qu'1h45 d'attente dans le véhicule Europcar.
 
 
Dimitri et Valentin dans le ferry.

A bord du ferry, nous avons profité du repas à volonté qui nous était proposé pour 99 couronnes.


L'arrivée sur Århus vers 22h45.
 
 
Nous avons mis pieds à terre vers 22h45. Puis, nous avons rejoint notre auberge de jeunesse (le City Sleep In) pour bien récupérer de cette journée éprouvante, surtout en perspective de l'étape du lendemain. 
 
En effet, cela faisait alors quelques jours que Brice Bedos (un coursier Français d'Århus avec qui nous sommes en contact) nous avait appris que notre étape en boucle autour de cette deuxième plus grande ville danoise s'effectuerait en compagnie de Joachim Parbo - quadruple champion du Danemark de cyclo-cross. 
 
Charles-Henry

 


 

 
15/8/12 Dimanche 15 juillet : 4ème jour de repos à København


København en rose ; Helsingør (où nous avons passé la nuit) en rouge.

A l’occasion du dernier jour dans la capitale, nous avons prévu de clôturer notre séjour dans la capitale danoise en beauté avec le match de Superliga FC København – FC Midtjylland. Plus tôt dans la journée, nous avons profité de ce dimanche (jour particulièrement calme dans la ville) pour nous rendre dans une laverie avant de découvrir sur nos vélos les principaux aménagements cyclables de la ville (avec notamment la Green Wave).
 
Après avoir quitté le Sleep in Heaven vers 11h, nous avons donc effectué la « corvée » de ce séjour copenhaguois, à savoir la laverie.  Cela était une nécessité car, lors de notre soirée au camping à Stege, nous avions lavé quelques-uns de nos vêtements à la main. Or, une nuit humide a eu raison de leur séchage. Suite à cela, nous avons dû les stocker dans d’encombrants sacs plastiques. Pour à la fois mettre fin au risque de moisissure des vêtements humides et disposer de la totalité de nos tenues sèches, ce passage dans une laverie copenhaguoise s’avérait donc indispensable.
Cependant, auparavant, aucun de nous trois n’avait déjà mis les pieds dans une laverie française. Ajouté à cela, l’ensemble des consignes était indiqué en danois. C’est donc plus de trois heures que nous avons passées dans cette laverie après de nombreuses péripéties.
 
Valentin et Dimitri dégageant le peu d’habits secs parmi la masse de vêtements humides sortis de la machine.
 

Il était alors 13h15 et la machine à laver tournait déjà.
 

Dimitri et CH devant une des fameuses machines à laver.
 
15h30. Il s’agit de l’heure à laquelle nous avions quitté la laverie. Il nous restait peu de temps devant nous avant le match de foot. C’est donc tous les trois changés pour aller au stade que nous avons donc directement enchaîné avec un tour de la ville sur nos vélos de route.
 

CH et Dimitri de dos.
 


Copenhague élue capitale verte européenne 2014. La capitale danoise succèdera ainsi à Nantes qui s’est vue décerner cette récompenser au titre de l’année 2013.
 

Quelques-uns des aménagements cyclables de Copenhague que nous avons eu l’occasion de découvrir à vélo.

 

La fameuse Green Wave qui fonctionne du lundi au vendredi de 15 à 18h. Le principe : au-delà de 20 km/h, les cyclistes rencontrent des feux qui passent systématiquement au vert.
 
Il était déjà 17h et nous étions rendus au Parken Stadion. Désirant éviter la queue au guichet, nous sommes donc allés acheter nos places deux heures avant le coup d’envoi. Plusieurs supporters du FCK (FC København) étaient déjà présents et attendaient impatiemment l’ouverture du Mégastore – le grand magasin du club local qui ouvre exceptionnellement les dimanches de match.
 

Le Parken Stadion – stade du FC København et de la sélection danoise de foot.



Une fois titulaires de nos billets, nous sommes repartis dans la direction du véhicule. Au virage du stade, nous croisons le car des joueurs du FC Midtjylland.   
 
A 18h30, après avoir garé le véhicule Europcar non loin du Parken Stadion, nous avons pris la direction du Mégastore pour faire quelques achats souvenirs pour nous vêtir des écharpes du club.
 

Les abords du stade quelques minutes avant le coup d’envoi.
 

Un des billets du match. Nous étions tous les trois situés en plein milieu du kop du groupe de supporters Sektion 12.
 
Nous nous sommes placés juste avant le début de la rencontre. Un match de foot haché qui a eu du mal à se décanter. 1-0 à la pause pour les visiteurs. Score final 4-2 pour les locaux qui évoluaient pourtant à un de moins en deuxième période (un carton rouge).
 

 La 1ère mi-temps depuis le kop.

 Les supporters de la Sektion 12 agitent les écharpes.


L’ambiance au stade après le coup de sifflet final.
 

Dimitri, Valentin et CH avec des supporters Copenhaguois.
 
Au terme de ce match riche en émotions, nous avons quitté la capitale pour mettre le cap sur Helsingør au Nord.
 

Tous les trois toujours vêtus de nos habits de supporters du FCK.
 

CH et Valentin avec l’imitation masculine de la Petite Sirène copenhaguoise à Helsingør.
 
Nous avons profité du cadre nocturne : vue sur la Suède et plus particulièrement sur la ville d’Helsingborg et découverte des environs du château de Kronborg aux alentours de 23h.
 

Le château de Kronborg de nuit.
 
Comme de coutume avant Copenhague, nous avons conclu cette journée par une recherche de l’emplacement idéal pour faire du camping sauvage. Pour cette nuit-là, il a été non loin d’une ligne de chemin de fer à proximité d’un complexe sportif.
 
Charles-Henry

 


 

 
Pages :<<123456789>>
 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement